Kit pour lutter pour la joie
exposition personnelle, 2017

’Kit pour lutter pour la joie’, GNF gallery, 09.11-16.12.2017

FR

GNF Gallery a le plaisir de présenter « Kit pour lutter pour la joie », de l’artiste belge Jérôme Poloczek. Axée autour de 9 expériences proposées au visiteur, cette exposition retrace l’évolution récente du travail de cet artiste concernant la question de ce qui constitue un objet esthétique et, au-delà de l’objet lui-même, un partage du sensible.

A contre-courant des propositions actuelles qui glorifient et jouissent de la puissance esthétique des objets, Poloczek construit une réflexion sur l’art comme partage d’une expérience vécue et ritualisée. A partir de dispositifs simples, se résumant parfois à quelques brèves instructions écrites, l’artiste invite le visiteur à s’emparer d’objet ordinaires, sans valeur esthétique particulière, et à en faire les vecteurs d’un partage de l’expérience singulière que chacun fait du réel.

Surtout, pour la première fois, la plupart de ces rituels se confrontent à leur réinterprétation par des personnes étrangères, dont 4 deviendront performeurs et performeuses durant le vernissage. Apparaît ainsi l’importance de la transmission de ces rituels.

Il s’agit par exemple d’avaler une personne dans un bonbon, de télétransporter un objet, d’observer une tête d’animal dans un jardin ou de faire son autoportrait en un trait. Un fil relie ces propositions, remplaçant la mélancolie de la disparition par une fascination pour l’éphémère et la transformation.

Ce faisant, c’est tout un langage formel et symbolique que Poloczek se propose de développer autour de l’expérience du sensible. A ce titre, son œuvre s’inscrit en prolongement de celles qui, refusant la réification de l’art, tendent au contraire à souligner qu’il constitue avant tout un point de rencontre des subjectivités.

— Hadelin Feront

EN

GNF Gallery is proud to present the exhibition « Kit pour lutter pour la joie » (« Fight for joy ») by Belgian artist Jérôme Poloczek. Composed of 9 experiences for visitors to engage in, this exhibition aims to show the recent development of Poloczek’s interrogation of what is an aesthetic object and, beyond the object itself, how the phenomenological experience of reality can be shared.

Running against the tide of exhibitions that glorify and exult in the aesthetic power of objects, Poloczek leads a reflexion on art as the ritualised act of sharing our experience of the world. Using simple devices, some of which are made of only a few written instructions, the artist invites the visitor to appropriate ordinary objects, without any particular aesthetic value, and transform them into vectors that enable us to share our respective experience of reality.

In doing so, it is a formal and symbolic language that Poloczek proposes to develop around the experience of the real. In this respect, his work joins that of other artists, past and present, who have refused the reification of art and have tried, on the contrary, to emphasize that art is, above all, a point in space and time where subjectivities meet, a space in which “something might happen”, the result of this meeting.

— Hadelin Feront